IRREVERENCE FILMS présente

Arte Creative CNC Pictanovo

02 Le câble, la charrue et le requin

SD et GW, Alcatel-Lucent, Calais, 2014.

SD et GW, Alcatel-Lucent, Calais, 2014.

SD et GW, Alcatel-Lucent, Calais, 2014.

SD et GW, Alcatel-Lucent, Calais, 2014.

»Globodrome», câbles sous-marins
Michael Reher, «Space Debris»

Rithy Panh, «La Terre des âmes errantes», 2000

«Một thợ lặn đang kiểm tra đường cáp dưới biển - Ảnh: ST». Image via TCCL.info

Un câble de fibre optique sous marin. Image via

Carte du réseau de fibre optique sous-marin mondial. Données de GeoTel modélisées par Nicolas Rapp pour Fortune. Source

«Plowing in conduit for fiber optic cable along Center street in Rockland». Image via

Section d'un câble de fibre optique sous-marin. 

Section de l'un des premiers câbles télégraphiques sous-marins, entre Douvres et Le Havre. Source: Bill Burns and Patrick Gueulle, Le Havre Cables

«A Thread Across the Ocean. The Heroic Story of the Transatlantic Cable»

James Bridle, «The Secure Transport of Light», 2013

«Le moulin du télégraphe», lithogravure d'après un dessin d'Honoré Daumier, vers 1835, in La Caricature. «Charge contre Thiers et compagnie qui profitent des nouvelles boursières transmises par les télégraphes et la ligne Paris-Bayonne pour spéculer sur les actions espagnoles», André Muset, «Techniques clandestines», in La télégraphie Chappe 

Infinera, «The Dawn of the Terabit Age»

 

Carte de France des lignes de télégraphie Chappe. Chaque point représente une tour de transmission des signaux.

Télégraphe de Chappe

L'église Saint-Sulpice à Paris au XIXe siècle, avec ses deux clochers surmontés de dispositifs de transmission de signaux de télégraphie optique.

Télégraphe de Chappe

Télégraphe de Chappe

Télégraphe de Chappe

03 Le Terrier

Stéphane Degoutin, «La Société nuage», Média Médiums Edition. 2014.

Revue Clog, numéro thématique «Data Space», 2012

Timo Arnall, «Internet Machine», 2014
«Cyborgs dans la brume», François Muzard
«Cyborgs dans la brume», data centers et entrepôts

Sur les paysages de données

From: Lorène Ceccon To: Stéphane Degoutin, 2014

Le data center est une forme architecturale totalement fascinante, c’est un objet complètement fermé, un objet monolithique, stérile. Et à la fois un objet technique extrêmement singulier puisqu’il pousse à l’extrême toutes les caractéristiques de l’environnement artificiel dans lequel nous même pouvons habiter. C’est l’air conditionné, c’est la protection absolue, un environnement stérile, complètement propre. Il a toutes les caractéristiques de ce que l’homme fabrique comme environnement artificiel pour lui-même, qui sont poussées à l’extrême.

Lire la suite…

 

Extrait du texte de Lorène Ceccon, «Paysages de données», 2014

Sebastian Schmieg & Johannes P. Osterhoff, «10 kg from the New Factory», 2014

«Colossus The Forbin Project»

Joseph Sargent, 1970

Dans le film Colossus The Forbin Project, un superordinateur construit à l’intérieur d’une montagne communique avec son homologue soviétique, comme si la machine s’autonomisait. Le film est directement inspiré d’un haut lieu symbolique de la Guerre froide, Cheyenne Mountain, véritable montagne a l'intérieur de laquelle a été construit le centre de contrôle du NORAD. Le film anticipe également la thématique de la surveillance généralisée, lorsque le héros se voit maintenu à résidence et entouré de caméras qui épient chacun de ses gestes, pris au piège par l’ordinateur qu’il a lui-même conçu.

Joseph Sargent, «Colossus:The Forbin Project», 1970

Source: Wikimedia Commons

Configuration supposée de l'intérieur de Cheyenne mountain (source: Der Spiegel)

Cyber Bunker

Cyber Bunker

«Operators in a SAGE air surveillance room» Image via

Image via

Image via

Source: Wikipedia

Image via

Image: The MITRE Corporation. Via

Paul N. Edwards, «The Closed WorldComputers and the Politics of Discourse in Cold War America», 1996

«The Closed World offers a radically new alternative to the canonical histories of computers and cognitive science. Integrating political, cultural, and technological history, it argues that we can make sense of computers as tools only when we simultaneously grasp their roles as metaphors and political icons.»

 

L'entrée du data center Swiss Fort Knox (Mount10), construit dans un ancien fort militaire. Source

Le data center Swiss Fort Knox (Mount10), construit dans un ancien fort militaire. Source

Entrée dans le data center Swiss Fort Knox. Source

Le data center Swiss Fort Knox. Source

Pionen data center, Stockholm

Entrée du data center Pionen, Stockholm, construit dans un ancien abri de défense civile. Source de l'image.

 

Image promotionnelle sur un site de data center russe.

Image via

«Le projet SAGE»

Andrew Blum, «Tubes»

«How many servers worldwide?» (visioncloud.eu)

Image promotionnelle pour un abri anti atomique construit par Kelsey-Hayes (USA). Image via

Dans son livre réédité aux éditions B2, Jay Swayze explique les avantages qu'il y a à vivre dans un habitat souterrain.

Dessin de Jay Swayze (Geobuildings Systems) montrant une maison adaptée à la guerre froide, construite sous terre. Image via

Abri antiatomique préfabriqué en plastique. Illustration parue dans le magazine Life, 1957. Via

«A maintenance protocol/program to verify performance and make corrections to the air or water side economizers in a data center». Source

«Airflow and temperature distribution in a horizontal plane of a data center», image by Tileflow «A CFD (Computational Fluid Dynamics) Modeling Software Tool for Data Centers». Source

Logiciel de calcul thermique des dynamiques des fluides MentorGraphics. Source

Heat exchange. Autodesk simulation. Source

Logiciel de calcul thermique des dynamiques des fluides MentorGraphics. Source

Computational Fluid Dynamics (CFD) modeling. Great Lakes, Case and Cabinet

 

 

Andrea Branzi, Archizoom Associati, «No Stop City», 1969

Andrea Branzi, Archizoom Associati, «No Stop City», 1969

Andrea Branzi, Archizoom Associati, «No Stop City», 1969

Allée de serveurs dans un data center de Google. Source

Stéphane Degoutin & Gwenola Wagon, Telepathic Mice, 2014

Stéphane Degoutin & Gwenola Wagon, Telepathic Mice, 2014

Stéphane Degoutin & Gwenola Wagon, Telepathic Mice, 2014

04 Le monde comme entrepôt de livraison

Gilles Therien, Office national du film du Canada

Metahaven, «Captives of the Cloud»

Expériences de l'éthologue John B. Calhoun sur les univers de rats et le cloaque comportemental.

Convoyeurs à palettes Mecalux

«Mercadona, a Spanish retail company using automated storage and distribution». Source

New York City Police Department 911 call center dispatchers Source: NYPD Photo Unit

New York City Police Department 911 call center dispatchers Source: NYPD Photo Unit

Zeke Miller and Denver Nicks, «Meet the Robot Telemarketer Who Denies She’s A Robot», Time

Generic unknown open plan offices. Image via

«Used Steelcase Telemarketing Stations adjusted sale price at 172.50 each». Source

«Sea of cubicles». Via Wikipedia

 

«Kiva at Automate 2011 in Chicago»

James Gleick, «The Information», 2011

 

«Amazon Testing Drone Delivery System»

«De quoi Internet est-il l'espace?»

Boris Beaude, «Internet. Changer l'espace, changer la société», 2012

Magasins automatisés Atox. Source

«About 12,000 metal bins will be filled with books before being loaded onto the LRS shelves.» Source

Industrial metallic shelving. Source

«Tape drive (Storagetek), capacity up to several TeraByte». Photo Hannes Grobe. Source: Wikimedia

07 Meute de chercheurs nomades

Dans la lignée du Whole Earth Catalog et de Shelter, le livre de Jacques Massacrier, Savoir revivre (1973) explique comment construire une communauté à partir de rien. Le livre est entièrement écrit et dessiné à la main.

Construction d'un filtre à eau

Julien Imbert directeur artistique et moniteur au CEETS explique la construction d'un filtre à eau pendant le film World Brain.

 

Fred Turner, «From Counterculture to Cyberculture»
Eden Ahbez, «Full Moon»

Ronja

«RONJA (Reasonable Optical Near Joint Access) is a free-space optical communication system originating in the Czech Republic. It transmits data wirelessly using beams of light. Ronja can be used to create a 10 Mbit/s full duplex Ethernet point-to-point link. Estimated 1000 to 2000 links were built worldwide» (en.wikipedia.org)

 

Forest Temple in the Lily Dale community. Source

Lithium battery explosion. Source

Source

Clandestine Laboratory Photographs. Source

«Suspect Innocent Materials Used in the Manufacturing of Improvised Explosives - Iraq». Source

Clandestine Laboratory Photographs. Source

Alex Harris, «The rainbow gathering», 1979

Drop City, Drop Colorado, 1967. Photo: Carl Iwasaki—Time Life Pictures/Getty Images

Source

«Tent-dwelling hippie Family of the Mystic Arts commune Bray family reading bedtime stories, with father Ron (former bank computer programmer) mother Nancy (Radcliffe grad) and 4 kids. Sunny Valley, Oregon 1969.» Photographer: John Olson. Source

Image from Jonathan Berman's film «Commune». Source

«An abandoned bus in the woods above Aeneas Valley still holds the remnants of a hippie commune» (source)

 

Via

Via

Alex Harris, «The rainbow gathering», 1979

Wikipedia.fr (the page has been modified since this screenshot). Source

«Karl Wilhelm Diefenbach peintre allemand (1851-1913), surnommé Le Prophète, fut un précurseur du mouvement hippie. Adorateur du soleil, panthéiste, naturiste et végétarien, il fonda la communauté Humanitas», Source

«Un "Naturmensch" ["personne naturelle"] marche dans Berlin en robe d'apôtre», 1907. Via

Monte Verita. Image via

Monte Verita. Image via

Naturisme et danse en plein air à Monte Verita. Image via

Modulation et Pado 2013. Photographie : Emmanuel Ferrand.

Modulation et Pado 2013. Photographie : Emmanuel Ferrand.

Modulation et Pado 2013. Photographie : Emmanuel Ferrand.

Modulation et Pado 2013. Photographie : Emmanuel Ferrand.

Modulation et Pado 2013. Photographie : Emmanuel Ferrand.

Modulation et Pado 2013. Photographie : Emmanuel Ferrand.

Modulation et Pado 2013. Photographie : Emmanuel Ferrand.

Kaczynski's cabin has been preserved as a relic and is now displayed as a museum artifact at the Newseum.

Henry Thoreau's cabin

Inside Henry Thoreau's cabin

Theodore Kaczynski's cabin

Inside Theodore Kaczynski's cabin

Yona Friedman Utopies réalisables

 

Fabian Reimann, «Another Earth Catalog», Spector Books

 

Fabian Reimann, «Another Earth Catalog», Spector Books

 

Fabian Reimann, «Another Earth Catalog», Spector Books

 

Fabian Reimann, «Another Earth Catalog», Spector Books

 

Theodore Kaczynski, «L'effondrement du système technologique (Unabomber's Manifesto

Andrew Blum, «Tubes. Behind the Scenes at the Internet»

James De Meo, «The Orgone Accumulator Handbook». Available here as a pdf.

Pierre Cassou-Noguès, «Lire le cerveau»

Ray Kurzweil, «The Age of Spiritual Machines»

Pierre Cassou-Noguès, «Lire le cerveau»

Paul Samson and David Pitt (eds.), «The Biosphere and Noosphere Reader»

Fred Hoyle, «Le Nuage noir. Roman scientifique»

Fred Hoyle, «Le Nuage noir. Roman scientifique»

Jakob von Uexküll, «Milieu animal et milieu humain»

Philip K. Dick, «L'homme variable»

David Phild, «Guide pratique de télépathie et d'action à distance» 

Vitus Dröscher, «Le merveilleux dans le monde animal»

John Zerzan (ed.), «Against Civilization»

Boris Beaude, «Internet. Changer l'espace, changer la société»

Boris Beaude, «Internet. Changer l'espace, changer la société»

John C. Lilly, «The Human Biocomputer»

Miguel Nicolelis, «Beyond boundaries»

Theodore Kaczynski, «L'effondrement du système technologique» (also known as «Unabomber's Manifesto»)

John Lilly, «The Human Biocomputer»

Carlotta Gall and James Glanzapril, «U.S. Promotes Network to Foil Digital Spying»The New York Times, april 20, 2014

«Building a rural wireless mesh network» Source

Image source. See alos: Primavera de Filippi, «It’s time to take mesh networks seriously» (Wired)

Communauté libertaire d'Aiglemont

18 Philippe Vasset Bonus

19 Le baquet Bosson Bonus

25 Générique de fin

20 Bonus Kevin Warwick

21 Michael Chorost 1

22 Michael Chorost 2

24 Loic Le Fur

15 Les rats télépathes

Josh Jennings, «When a laser activated a particular group of neurons, mice immediately began to eat. When the light turned off, the animals quit eating.»
by Nature Video
«Gero Miesenboeck reengineers a brain»

 

Miguel Nicolelis

 

BBC Horizon «Human v2.0. A Remote Controlled Rat»

 

René Peoch, «Esprit agit sur la matière». Le tychoscope

 

Kevin Warwick, «Rat Brain Robot»

 

Nature Video, «Method of the Year 2010. Optogenetics»

Michael Chorost

«Low-cost, small animal thermal ablation system»

Neurobonkers, «Remote controlled rats»

«Optogenetics - simplified explanation»

Illustration by Justin Wood for Michael Chorost, «Algae and Light Help Injured Mice Walk Again», Wired

Image MJF Robinson via

Source

Image: Inbal Goshen and Karl Deisseroth

MIT McGovern Institute, Julie Pryor, Charles Jennings, Sputnik Animation, Ed Boyden. Source

«Giant Ant Colony»

11 Lost in Distraction

Marije Meerman, «The Wall Street Code», 2013

Douglas Coupland, «L'âge des séismes», 2013

Douglas Coupland, «L'âge des séismes», 2013

Douglas Coupland, «L'âge des séismes», 2013

Douglas Coupland, «L'âge des séismes», 2013

 

«Roomba Cat swats Dog pit bull Sharky»
«3 Minute Roomba CAT Ride! The Longest time Cat staying on iRobot Roomba vacuum»
«Cat in Shark Suit Chases Ducking On Roomba (with musical score)»

Douglas Coupland, «I miss my pre-internet brain», The Telegraph, 14 sept. 2014

Nanex

Nanex

Nanex

Nanex

«High-Frequency Financial trading world-wide map showing optimal hotspots» in A.D. Wissner-Gross and C.E. Freer,«Relativistic Statistical Arbitrage», Physical Review E 82, 056104, 2010. (via)

Nanex

Une extraordinaire quantité de distraction est aujourd’hui disponible.

Of cats and porn

Chris Marker, «Cat listening to music»
Cory Arcangel, «Arnold Schoenberg, op. 11 - I - Cute Kittens»
Cyriak's channel, «Meow Mix»

05 Automatisme

Timo Arnall, «Robot Readable World», 2012
«Automate this. How Algorithms Came To Rule Our World»
Kevin Slavin, «How algorithms shape our world»

Ned Ludd

Lev Nusberg, Galaxy, public light-sculpture, 1967

Jerzy Rosołowicz, design for the Neutrdrom (end of the 1960s)

Eric Sadin, «La société de l'anticipation», 2011

«A First Drive - Google Self-Driving Car Project»

 

Diego Araos, «AR Drone 2.0 follows me using face detection»

 

«Vehicle Detection with Vanishing Point Tracking»

 

«Terrain Classification with Markov Random Fields on fused Camera and 3D Laser Range Data»

 

Christian Siagian, «Biologically Inspired Mobile Robot Vision Localization»

The World as it is perceived by an autmated Google car of 2014. Image: Google

Chaîne de montage automobile automatisée. Source: InterMecaServ

The World as it is perceived by an autmated Google car of 2014. Image: Google

"The Detection Enhancer sensors are the main system that will keep vehicles running autonomously. Vehicles will be equipped with a number of DE sensors, including, headway monitors, which measure the distance between vehicles, traffic light recognition, emergency brake assist, and lane departure warning." Source: RIDE detection enhancer

"I joined the massive crowd simulation project in Spring 2010 for EXPO2010. In this project, based on Memory Mapped File I implement a method to generate density map of over one million people in real time on a PC. The parameters are adjusted to ensure best efficiency. In order to evaluate the crowd density waiting for some pavilions, I propose a method to estimate it with nonlinear regression.", Dinghuang Ji(冀鼎皇)

L'outil de simulation de foule CrowdFX d'Autodesk Softimage

Crowd Simulation – Realistic Crowd Tracking & Building in Game Engines. Source

«Meet the Robot Telemarketer Who Denies She’s A Robot»

«The phone call came from a charming woman with a bright, engaging voice to the cell phone of a TIME Washington Bureau Chief Michael Scherer. She wanted to offer a deal on health insurance, but something was fishy.When Scherer asked point blank if she was a real person, or a computer-operated robot voice, she replied enthusiastically that she was real, with a charming laugh. But then she failed several other tests. When asked “What vegetable is found in tomato soup?” she said she did not understand the question. When asked multiple times what day of the week it was yesterday, she complained repeatedly of a bad connection.»

Ce qui est troublant dans cet article est qu’on se situe exactement sur la frontière: soit il s’agit d’un robot extrêmement bien programmé, soit il s’agit d’un être humain extrêmement bien programmé.

Chaque aspect de sa manière de parler pourrait être le fait d’un logiciel ou d’un humain programmé: Il revient toujours à son sujet. Cette manière de discuter rappelle celle de vrais employés de call center, auxquels le logiciel intime de revenir sans cesse sur le but de leur appel. Il y a toujours un délai avant ses réponses, mais c’est le cas aussi pour un humain qui va chercher la réponse dans son logiciel, après avoir écouté la question du client. La voix est manifestement humaine, ce n’est pas une voix de synthèse. Mais les questions et les réponses ne s’enchaînent pas dans une suite fluide. Il en va de même lors d’une conversation avec un employé de call center: bien que l’on parle avec un humain, la continuité du dialogue est sans cesse brisée, car l’employé est forcé de rester dans la logique marketing qui lui est imposée. Chacun reste dans sa propre logique, dans un dialogue de sourds.

En résumé, le fait que l’on ne puisse pas distinguer ce robot d’un humain montre que ce nouveau mode d’interaction avec des machines a déjà contaminé les interactions humaines, dans les cas où elles passent au travers d’un programme informatique. (SD)

Dave Fothergill vfx, «I've fallen, and I can't get up!»

10 Entre la bête et le cristal

Internet comme mythe

L’idée de cerveau mondial est une notion particulièrement centrale dans les modes de pensée actuelle. Dire qu’elle est centrale n’implique absolument pas que ce cerveau mondial serait en passe de devenir réalité (nous ne le pensons pas). Ni que notre époque croit littéralement à son avènement (nous ne le pensons pas non plus – enfin pas vraiment; pas de manière littérale en tout cas). L’idée de cerveau mondial forme comme un point focal. C’est le point où se focalisent les représentations que l’humanité se fait d’elle-même à notre époque. C’est là que se dirigent les désirs et les craintes des hommes. C’est un point de fuite, comme dans une perspective: un point situé à l’infini, très loin de nous, mais vers lequel convergent toutes les lignes. Il est probable qu’on ne le rejoindra jamais, car entre temps, un autre point de fuite aura pris sa place, et les pensées convergeront ailleurs. Mais, pour le moment, elles tendent vers lui. L’idée de cerveau mondial peut être vue comme le point où s’entrelacent tout un ensemble de manières de voir le monde. Je les cite rapidement: c’est l’information conçue comme une matière universelle, c’est le système nerveux central vu comme l’organe par excellence, c’est le désir de communication universelle (que je préfère appeler conductivité universelle), c’est, enfin, la promesse de communiquer bientôt directement par l’intérieur du cerveau, sans passer par le filtre de la conscience. Ce sont des modèles de pensée omniprésents dans le monde actuel, et extrêmement influents dans les représentations collectives. On s’aveugle, en effet, en croyant que notre époque est dominée par des inventions techniques. Ces inventions ne font que suivre des courants de pensée dominants. Si l’on parvient à démontrer que ces représentations sont importantes pour les hommes actuels, et si l’on peut démontrer qu’elles convergent, alors on peut comprendre de manière bien plus évidente le monde que l’humanité est en train de construire, la direction dans laquelle elle pointe ses découvertes techniques. Il s’agit donc d’examiner la notion de cerveau mondial du point de vue des représentations et des espérances qu’elle incarne, remonter dans les croyances, parfois ésotériques, qui en forment le fondement.

Francis Heylighen

 

Stanislaw Lem, «Solaris», 1961

Joël de Rosnay, «Le cerveau planétaire», 1986

«L’homme se transforme progressivement en "neurone de la Terre", intégré au système nerveux qu’il a créé. Le mariage de la biosphère et de la technosphère dans sa forme la plus avancée et la plus dématérialisée est à l’origine de la constitution du cerveau planétaire et de la société en temps réel. [...] Cet être nouveau en voie d’émergence dans les sociétés industriellement les plus avancées est l’homme symbiotique.»

Edmund Berkeley, «Giant Brains or Machines that Think», 1949

Howard Bloom, «Global Brain», 2001

Peter Russell, «The Global Brain» (1983)
Marshall Mcluhan, «The medium is the message», 1977

Global Brain and Global Brain Institute

Global Brain

Pierre Teilhard de Chardin, Le concept de Noosphère, in «Le phénomène humain»

Pierre Teilhard de Chardin et Vladimir Vernadski, inventeurs du concept de Noosphère

«The Biosphere and Noosphere Reader. Global Environment, Society and Change»

H.G. Wells, project for a «World Brain», 1938

H. G. Wells, «World Brain», First Edition, Methuen Publishing, 1938

14 Total Brain

Gwenola Wagon, «De Mesmer au rats telepathes», Média Médiums, 2014.
Alexis Chazard, «Post-traumatic voyager», Désert Numérique. http://desert.numerique.free.fr/archives/?id=916

 

Eric Calderon, Brain Dog Interface. Video.

Eric Calderon, Brain Dog Interface. Video.

«BrainDriver - a mind controlled car»
«Woman with Quadriplegia Feeds Herself Chocolate Using Mind-Controlled Robot Arm»
«Cosplay Moving Cat Ears»
http://projectsforarduino.blogspot.fr/2012/10/necomimi-arduino-cat-ears.html

 

«Neurocam monitors brainwaves to take photos»

12 Réseau universel

Emmanuel Ferrand
Emmanuel Ferrand, Ondes, harmoniques, bifurcations, chaos.
Vertical Sonic Archery / Giant Windharp in Winnezeele

La carte du sens de René Thom

René Thom, Prédire n'est pas expliquer, avec Émile Noël, Flammarion, Paris, 1993.

Emmanuel Ferrand, Icosaèdre, tournage World Brain 2014

Emmanuel Ferrand

Martin Howse for Media Mediums

Martin Howse for Media Mediums

Martin Howse for Media Mediums

09 Fluide universel

John C. Lilly, «Insanity / Outsanity»
John C. Lilly
«Clinic of Mesmerism», 1940's

Pierre Teilhard de Chardin, «Le phénomène humain»

«Les éléments du Monde ont le pouvoir de s’influencer et de s’envahir mutuellement par leur Dedans, de manière à combiner en faisceaux leurs “énergies radicales”. […] Dans l’Homme, […] chez qui les effets de conscience atteignent dans la Nature leur actuel maximum, […] cette interpénétrabilité psychique […] est partout extrême, partout lisible dans le Phénomène Social […] je en vois pas d’autre façon […] de grouper cette immense succession de faits, que d’interpréter dans le sens d’une gigantesque opération psycho-biologique, ― comme une sorte de méga-synthèse, ― le “super-arrangement”, auquel tous les éléments pensants de la Terre se trouvent aujourd’hui individuellement et collectivement soumis. […] la Noosphère tend à se constituer en un système clos, ― où chaque élément pour soi voit, sent, désire, souffre les mêmes choses que tous les autres à la fois. […] La Terre non seulement se couvrant de grains de Pensée par myriades, mais s’enveloppant d’une seule enveloppe pensante, jusqu’à ne plus former fonctionnellement qu’un seul grain de pensée à l’échelle sidérale. La pluralité des réflexions individuelles se groupant et se renforçant dans l’acte d’une seule Réflexion unanime.», Le phénomène humain, p.265/271/279

On reconnaît ici une thèse fréquente, qu’on pourrait appeler le “merging”, selon laquelle l’accélération et la généralisation de la communication conduit à la fusion de toutes les consciences. Mais il y a d’autres hypothèses envisageables ou souhaitables, notamment le switching, qui est développé dans le cadre du Laboratoire de schizophrénie contrôlée.

«Underwater Zombie Frog Ballet»

«Expériences "comportementales" d'hypnose à la clinique de Budapest du ministère de la santé mentale et de pathologie: (a) Suggestion hypnotique de prière. (b) Suggestion hypnotique de suicide. (c) Suggestion hypnotique de serment. (d) L'hypnose produite par un diapason. (1899).» Source: Wikipedia

Publicité de 1930. Source

Image tirée du livre de Wesley Cook, «Practical lessons in hypnotism», 1901. Source

Image tirée du livre de Wesley Cook, «Practical lessons in hypnotism», 1901. Source

George du Maurier, «Mesmeric ‘manipulations’ in progress»

Image via

«The Spiritual Telegraph and the relation between body and electricity in Spiritualism»

georgi, The Media Fantasy Blog

Les spirites du 19e siècle «étaient fascinés par les phénomènes électriques, et défendaient même l'idée que l'émergence de la télégraphie électromagnétique était le fait du monde des esprits. Toute l'idée du télégraphe terrestre devenait ainsi la corollaire du Télégraphe Spirite.» (georgi)

Les spirites croient découvrir le fluide universel dans l'électricité. «Le monde des esprits était connecté avec le notre via un medium – une personne (une femme le plus souvent) capable de transmettre les énergies du fluide venues de l'au-delà à travers le système nerveux et de le répandre plus loin. Pour les spirites, l'électricité et le corps étaient largement reliés, ce dernier étant décrit dans les termes de principes électriques tels que le courant et la charge, la capacité et la résistance, le circuit et le champ.» (georgi)

Le spiritisme se développe en même temps que le télégraphe électrique. «Il y avait un lien important entre l'essor du spiritisme et celui des télécommunications transmises par l'électricité au dix-neuvième siècle. […] l'utilisation du vocabulaire et d'un ensemble de métaphores électriques au sein du mouvement spirite (câbles télégraphiques – nerfs) ainsi que d'autres notions et expressions liées (conduction, vibration, interruption de signal); l'usage de dispositifs électriques pendant les séances pour établir ou démontrer la connexion avec le monde des esprits, ainsi que pour mettre en valeurles effets que ce monde a sur les corps des mediums participant à la séance.» (georgi)

«A table levitates in front of witnesses during a séance with medium Eusapia Palladino at the home of astronomer Camille Flammarion in France on November 25, 1898», H. Mairet.

Gwenola Wagon, «Télépathie interstellaire», ed. Média Mediums, 2014

Facsimile-telegraph. No. 728,254. PATBNTBD MAY 19,1903. H. LIEBREICH & J. G. FRANCIS. 14 juin 1900.

Samuel Morse explaining his telegraph to members of Congress. David B. Scott A School History of the United States (New York: American Book Company, 1884)

Antonio Meucci, Acoustic telephone, 1857

Photograph of Women Working at a Bell System international Telephone Switchboard

Antonio Meucci, Acoustic telephone.

08 Laboratoire de schizophrénie contrôlee

Intérieur d'un syllogomane. Image via

Intérieur d'un syllogomane. Image via

Intérieur d'un syllogomane. Image via

The Art of Noise «Something is Missing»

Bruce Sterling, «Distraction», 2000

Hartmut Rosa, «Accélération», 2010

«Les signes frappants de confusion que nous voyons autour de nous — la généralisation des drogues, l’essor du mysticisme, les éruptions récurrentes de vandalisme et de violence gratuite, le refuge du politique dans le nihilisme et la nostalgie, l’apathie pathologique de millions d’humains — peuvent tous être mieux compris si on reconnaît leur connexion avec le choc du futur.»

Alvin Toffler, «Le choc du futur», 1971 («Future Shock», 1970, p.312)

«Nos capacités d’attention sont mises à mal par notre mode de vie […]. Le travailleur informationnel moyen (n’importe qui qui travaille dans un bureau) change de tâche toutes les trois minutes. […] Le travail est fragmenté, fractionné, hautement interrompu, bruyant… Nous travaillons dans un climat de distraction qui sape notre mode de pensée et la manière dont nous résolvons les problèmes.»

Maggie Jackson, auteur de «Distracted», interview «Maggie Jackson on the erosion of attention»

Stéphane Degoutin, «ADHD is good for you», 2012

Charles Stross, «Accelerando», 2005

Alvin Toffler & Orson Wells, «Future Shock»

Publicité de 1966, parue dans JAMA: The Journal of the American Medical Association, Vol. 196 No. 9, pp. 158-159. Via 

Publicité de 1974, parue dans l'American Journal of Diseases of Children, Vol. 128, No. 6, pp. 892-893. Via

17 Le rêve des rats télépathes

06 Grenier à blé du capitalisme cognitif

Yann Moulier-Boutang, «La pollinisation, enjeux économiques»

How big are the big data ?

Selon une étude de l’université de Berkeley menée en 2003 et intitulée «How Much Information?», l’humanité aurait produit, durant la seule année 2002, 5 exabytes d’information (un exabyte ou Eb = 1018 bytes, soit un milliard de gigabytes). Selon une autre étude, datant de 2010 et conduite par EMC, l’humanité aurait produit, cette année-là, 1,2 zettabytes d’information (un zettabyte ou Zb = 1021 bytes, soit mille milliards de gigabytes). Si l’on rapproche les deux chiffres, cela impliquerait que l’on serait passé, entre 2002 et 2010, de 5 à 1.200 Eb, soit un taux de croissance annuel moyen de presque 100%. Cela semble peu crédible.

Selon une prévision, divulguée par Cisco en 2012, le trafic global sur Internet atteindrait 6,6 Zb en 2016, contre 1,8 Zb en 2011, ce qui représenterait un taux de croissance moyen d’environ 30% par an: un chiffre conséquent, mais très loin du taux de 100%.

The International Data Corporation quant à elle prévoit que le volume de données augmente de 48% entre 2011 et 2012, pour atteindre 2,7 Zb. Il atteindrait ensuite 8 Zb en 2015, soit un taux de croissance moyen de 44% par an.

Les différences de méthodologie et de résultat entre ces études interdisent de s’arrêter sur un chiffre précis. Elles semblent toutefois indiquer que la quantité d’informations stockée augmente exponentiellement. Si l’on s’en tient à l’estimation moyenne, le coefficient multiplicateur de cette progression serait proche de l’observation de Gordon E. Moore selon laquelle le nombre de transistors des microprocesseurs double tous les deux ans environ.

Geert Lovink, «Networks Without a Cause»

«No idea? No problem (advertisement) – Feeling Smart Again – Yes We Comment –When you are bored you are boring – Yearning for the Common Good – Fall of the Digital Hegemon – The despair of mass dandyism – Register Here to Become a Partizan – Filling Inthe American Void – The Growing Internal Distance – Experience the Beauty of Indirect Intensity™ – a quiet extacy – I serve as a blank screen – The observer is alone. That’s the solitude of the free person – Belief as a rational choice – . . . superior software for the perplexed multitudes . . . – “France was the center of the world and nowadays it is suffering from the lack of great historic events. This is why it revels in radical ideological postures. It is the lyrical, neurotic expectation of some great deed of its own which however is notcoming, and never will come” (Milan Kundera) – Giving people back their most reliable asset, theory (promotional billboard) – We are not desperate for investments – “He isa running dog of Google. Lower than animals” – We are enjoying independence (Chatroulette) – Multitasking is for the Poor – Fatum of Tech (mini series) – Noble Lies for Social Media – I like to think about myself – Linking the unintended revolts – “Overprogrammed, furious, lonely” (Zadie Smith) – Favorite colour: opaque – With no power comes no responsibility.»

Geert Lovink, «Networks Without a Cause, A Critique of Social Media», 2012

«Edward Snowden: Voici comment nous allons reprendre Internet»

13 Cybernetic Ecology

Norbert Wiener, «The Human Use of Human Beings», 1950

Norbert Wiener, «Cybernetics. The scientific study of control and communication in the animal and the machine», 1948

Pierre Cassou Noguès, «Les rêves cybernétiques de Norbert Wiener», 2014

Members of the Club of Rome

«The Limits to Growth» was published in 1972, just one year before the beginning of the everlasting crisis.

«World3»: The World Model computer simulation used in 1972 by the Club of Rome to anticipate the limits to growth. It simulates the «interactions between population, industrial growth, food production and limits in the ecosystems of the Earth» (source).

James Lovelock, «The Ages of Gaia», Oxford University Press.

James Lovelock, «Daisyworld. In the fashion of the Club of Rome, James Lovelock uses a computer simulation to explain the Gaia hypothesis. The link between cybernectics and the new age theories has never been so clear.»
Adam Curtis, «All Watched over by Machines of Loving Grace», BBC series in three parts (part 1), 2011

Climatron, Missouri Botanical Garden

Missouri Botanical Garden, Saint Louis, MO. Historic American Buildings Survey, creator

The computer used to create the artificial climates in the Climatron.

16 Les rats posthumains

Manuel Berdoy - Oxford University

«Ce qui manque»

Stéphane Degoutin: L’une des hypothèses du film est que, selon les recherches de Miguel Nicolelis, si les rats se mettent à communiquer entre eux à très grande échelle et former un super-organisme distinct, alors Internet ne concernerait plus seulement les humains mais aussi d’autres espèces, qu'elles soient animales ou même végétales.

Gwenola Wagon: Dans le film réside une certaine ambiguïté sur le fait que les rats détruisent ou au contraire s’approprient le data center pour le transformer et s’approprier le monde de l’information humaine. Nous souhaitons maintenir l’ambiguïté sur la réalité de cette image, sur son caractère d’allégorie, de réalité possible, d’apocalypse, voire de manipulation par certains humains…

Stéphane Degoutin: L’idée de connectivité universelle est plutôt un rêve d’ingénieur. Il s’agit de reprendre cette idée et voir où elle pourrait conduire en s’extrayant de cette logique purement technique. Cette question nous intéresse car elle porte, en l’occurrence, une dimension possiblement utopique.

Gwenola Wagon: Si l’on a choisi le rat, c’est pour sa dimension fondamentalement collective et son besoin vital de communication. Cela renvoie à un individu qui ne pourrait plus se passer de ses prothèses communicationnelles, qui ne pourrait plus être seul…

Extrait d'une discussion entre Stéphane Degoutin, Gwenola Wagon et Thierry Fournier, Ce qui manque, Atelier de curatoriat, exposition collective et publication, La Panacée, 2014.

 

National Geographic, «Paralyzed Rats Walk Again»

The character of Lauren «possesses a power called hyperempathy, the ability to feel the pain and pleasure of others. It is implied that Lauren got her hyperempathy from her mother, who was addicted to powerful mind-altering drugs while pregnant, and as a result Lauren seems to regard her ability as a kind of sickness, a weakness rather than a strength. Her father shares this opinion and tells Lauren to keep her hyperempathy a secret. In a world of such widespread suffering, the ability to feel the pain of others is potentially debilitating—if Lauren sees someone who’s sick, or hurt, or dying, she’ll share their pain and become unable to defend herself.», Andrew Deyoung, «The Backlist: Octavia Butler’s Parable of the Sower»

23 Alcatel